Bandeau Amazon

2015-07-21

Partir en vacances... avec son Chien



Des aboiements interminables dans la voiture, trois fugues et le canapé de la maison de location défoncé, les vacances avec Médor peuvent rapidement tourner au fiasco. Cet été, 20 Minutes vous livre le guide des bonnes pratiques à adopter pour partir en toute sérénité avec votre Bouledogue Français.


Les conseils pratiques 


Que l'on parte dans sa maison de campagne où en trekking en Inde, il est indispensable de préparer le voyage de son animal. « L'identification est obligatoire, soit le chien possède une puce électronique, soit un tatouage. Dans tous les cas, il faut penser à emporter son passeport qui contient également certaines informations sur sa santé », rappelle le vétérinaire Marc Veilly. En fonction de la destination, il peut exister des vaccins spécifiques à réaliser, celui contre la rage est obligatoire dès que le chien passe la frontière. Pour éviter les mauvaises surprises, il est utile de se rendre sur le site du ministère de l'Agriculture, avant le départ. Pour aider les propriétaires de chiens à partir en vacances, la fondation 30 Millions d'amis a mis en place un moteur de recherche qui liste les lieux de villégiature autorisant les animaux de compagnie.
En fonction du transport choisi par le maître, certaines bonnes pratiques doivent être adoptées. « Dans une voiture, il est possible de clipper une sangle qui relie le chien à la boucle de la ceinture de sécurité, ça évite, en cas de choc, que l'animal se transforme en projectile », détaille Marc Veilly. Même si ça semble amusant, laisser son Bouledogue Français passer sa tête à la fenêtre en roulant peut provoquer otites et conjonctivites et si les températures sont élevées, une pause toutes les deux heures pour hydrater l'animal est indispensable. En train, un chien doit être tenu en laisse et muselé. Comptez 7 euros par billet pour un chien de moins de 6 kg (peu importe le trajet et la destination) puis la moitié d'un billet en tarif 2e classe pour un chien de plus de 6 kilos.

Elles l'ont vécu, elles racontent


« La première fois que mon chien, Hyke, s'est retrouvé face à la mer, il a paniqué. J'essayais de l'habituer à l'eau, de le faire avancer pour qu'il s'immerge, mais impossible. Il a commencé à hurler à la mort, j'ai senti le regard pesant de tous les vacanciers sur la plage qui devaient penser que je le maltraitais... En face de moi au loin, un maître faisait du paddle avec son chien sur la planche. C'était frustrant », se souvient Céline, propriétaire d'un jeune Setter irlandais. Marie, elle, se souviendra toute sa vie des quatorze heures passées en voiture, en direction de l'Italie, aux côtés de sa mère, de ses frères et soeurs et de leur chienne Atchoum: « Elle devait avoir entre un et deux ans et elle a eu ses premières chaleurs dans la voiture. On a été obligé de lui acheter des couches, elle était agitée et n'arrêtait pas de haleter. Nous, on pouvait se reposer et dormir, mais ça a été rude pour ma mère qui conduisait ». Léa, de son côté, garde un souvenir ému de ses vacances au ski dans une station suisse, aux côtés de Bambou, le Saint-Bernard de la famille: « Même si le trajet en voiture était un peu éprouvant, à l'arrivée, c'était génial. Elle était dans son élément et devenait la mascotte de la station. »


Les avantages


Quitter, le temps d'une semaine ou d'un week-end son quotidien apporte au maître et à l'animal un bien-être similaire. « Pendant les vacances, les maîtres passent davantage de temps avec leurs chiens et ça c'est forcément positif », analyse Marc Veilly. « Quand je vois Hyke se dépenser sur la plage, je sais qu'il est heureux, et ça me rend heureuse aussi », confie Céline. La jeune femme avoue également qu'un chien peut se révéler un formidable outil de sociabilisation ou de drague pour elle, en vacances comme le reste de l'année.
Les situations à risque
Pour que le séjour ne tourne pas à la catastrophe, il est important de bien acclimater le chien à son nouvel environnement. « Montrez à l'animal les différents recoins de la maison, du jardin. Il va marquer son territoire et tout renifler, ça évitera qu'il se perde dans les premiers jours », indique Marc Veilly. Certaines plages sont interdites aux animaux, si ça n'est pas le cas, il est préférable d'amener son chien aux heures creuses. Une plage bondée peut être anxiogène et certains vacanciers pourraient se sentir menacés. Si le soleil tape, le chien doit pouvoir se mettre à l'ombre sous un parasol pour éviter les insolations et les brûlures sur les coussinets.

Les activités recommandées


Partir avec son Bouledogue Français ne doit pas devenir une contrainte. Si certains accès sont strictement interdits aux animaux, notamment les musées ou les monuments historiques, des solutions de garde temporaire existent. Certains communes proposent directement un service de garderie et des réseaux de particuliers ont émergé ces dernières années. « Une grande majorité de chiens aime l'eau, il ne faut pas hésiter à les laisser se baigner s'ils en ont envie », explique le vétérinaire. Faîtes quand même attention à votre Bouledogue Français qui peut ne pas savoir nager. Les randonnées et les balades à vélo sont envisageables, mais commencez par de petites distances, surtout si le chien n'est pas particulièrement actif le reste de l'année: « Ils sont comme nous lorsqu'on se lance dans un nouveau sport, il faut y aller progressivement, sinon ils fatiguent ! », souligne le spécialiste.

Et vous ? Que pensez-vous de cet article ?

Source :
http://www.20minutes.fr/societe/1651859-20150721-serie-partir-vacances-chien


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...